A petits pas : la lutte contre l'excision.

Publié le par Thulip

Dans mon mémoire, je parle d’une association qui travaille dans une vingtaine de villages au Burkina Faso (constructions d’écoles, mise en place de vergers potagers, construction de bibliothèque, mise en place d’une vidéothèque ambulante, mise en place de panneaux solaires, construction de salles d’accouchement…). Elle s’appelle « Petit à Petit » et son nom illustre bien la lente progression des choses. Je ne crois pas qu’ils se soient encore investis dans la question que je vais aborder aujourd’hui, mais je ne leur ai pas posé la question : je n’y avais pas pensé à l’époque.

Par ailleurs, un jour vers 12 ou 13 ans, je suis tombée sur un livre parlant de l’excision dans la bibliothèque de mes parents : je ne puis décrire le dégoût et l’horreur qui m’ont envahi en lisant ces lignes, pourtant, je ne comprenais pas tout, tout simplement parce que je ne pouvais imaginer que de telles choses existent.

L’excision, qu’est-ce que c’est ?

Il y a quatre types d’excisions recensées par le journal Afrik.com :

« Même la diversité des méthodes utilisées lors de l’excision ne trouve pas d’explication satisfaisante. Quatre types d’excision sont recensés aujourd’hui sans qu’on puisse attribuer à chacun une signification particulière. Le premier (moins de 5% des cas) et le plus léger consiste en une simple ablation du clitoris, le second (80% des cas) excise également les lèvres internes, alors que le troisième et le plus radical, appelé infibulation (15% des cas), enlève tous les organes génitaux externes et coud l’orifice vaginal en ne laissant qu’une minuscule ouverture. Enfin le quatrième type regroupe toutes les autres pratiques depuis l’étirement, le grattage, le perçage du clitoris ou des lèvres jusqu’à l’introduction dans le vagin de substances corrosives ou de plantes. »

 

Il m’aura fallu du temps pour comprendre, condamner certes, mais en gardant à l’esprit que condamner ne suffit pas et n'est certainement pas une solution en soi : il faut expliquer.

Telle est la mission du CNLPE au Burkina Faso.

Le Burkina Faso est un des pays les plus pauvres au monde, un des pays où le taux d’analphabétisme est record, avec une soixante d’ethnies et sans doute autant de langues. On pourrait se dire que ce pays n’est pas le mieux placé pour faire avancer les choses : détrompez-vous, la situation n’est certes pas idéale, mais elles progressent. Les pouvoirs publics sont réellement investis, les associations locales et les ONG aussi. C’est ce que nous apprend Le Monde Diplomatique ce mois-ci : après 1960 et l’indépendance, le nouveau président prend position contre l’excision. En novembre 1996, une loi interdisant cette pratique et condamnant à des sanctions pécuniaires et pénales est votée : pour les médecins qui pratiquent, c’est le maximum qui est requis.

Le CNPLE passe de village en village, revient, réintervient encore et encore pour expliquer : dans ces réunions où femmes et hommes sont présents, on appelle un chat un chat, on explique à l’aide de dessins : L’une des animatrice tire la langue à l’assemblée : « A quoi ça sert ça ? ». On ricane… « Ca sert à sentir ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. On ne vous l’a pas coupée, la langue ? Vous l’avez toujours ? » : le message commence à passer.

Au Burkina, la loi est appliquée. Mais des effets pervers se font sentir : des voitures de la capitale se dirigent vers des villages isolés, ou au-delà des frontières : les prix flambent et l’hygiène est de moins en moins au rendez-vous. On excise les bébés, parce que c’est plus simple. Des fillettes demandent à l’être, pour être comme leurs copines. Cette pratique relève qui plus est d’un rite initiatique, mais « que signifie ce rite quand on mutile les enfants de plus en plus jeunes… ? ».

Parler du plaisir sexuel ne sert à rien : la plupart des femmes ayant été excisées avant le mariage, ou juste après, n’en savent rien. Il faut parler d’hygiène, convaincre que le clitoris ne tuera pas l’enfant qui naît.

 

Il faut parler du sort des exciseuses, qui pratiquent de mère en fille : que vont-elles devenir ? On envisage de leur fournir un travail de substitution, mais d’autres craignent qu’elles ne fassent du chantage si ce qu’on leur propose en échange ne leur convient pas. Ce n’est pas si simple, cela ne suffit pas de condamner : d’après les estimations, 90 % de la population sait que c’est interdit. Dans un pays où il faut payer les journalistes pour qu’ils se déplacent, c’est pas mal. Mais plus de 75% des femmes de plus de 20 ans en 2001 étaient excisées, plus de 43 % pour les filles de 11 à 20 ans et plus de 16 % pour les fillettes de 5 à 10 ans.

Ces chiffres sont présentés comme une amélioration, moi je dis que c’est encore énorme.

Voilà, j’ai peu de choses à vous dire de plus que ce que j’ai appris dans cet article, mais j’avais envie de vous en parler. Je n’ai pas envie de faire mon Occidentale de base qui condamne, j’ai juste envie d’attirer votre attention sur cette souffrance : moi rien que d’imaginer la scène, j’en ai des frissons d’effroi. D’ailleurs, cette pratique concerne également des jeunes filles qui vivent en France. Elle est certes marginale, mais ne croyez pas qu’elle n’existe pas, c'est juste qu'on en parle rarement : difficile d’en parler pour les victimes, vous la placeriez où votre histoire de clitoris perdu, entre la poire et le fromage ? Il existe des techniques de reconstruction, mais cela n’est pas toujours possible et seules quelques « privilégiées » peuvent y avoir accès. Oui, je voulais en parler sur mon blog, quelque part je me dis que c’est inapproprié, même si je parle souvent de « sujets sérieux », j’ai l’impression que celui-ci arrive un peu entre la poire et le fromage : tant pis, ce n’est pas un manque de respect ou de sérieux de ma part, c’est juste parce que je ne veux pas prendre ce prétexte pour faire l’impasse.

Je me doute bien que tout le monde sera d’accord avec moi, mais finalement, plus on en parle et plus les choses évoluent, non ? Pour tout avouer, je me sens bien impuissante, cela me semble si vain d’en parler sur mon blog. Tant pis, je le fais quand même, à défaut de savoir quoi faire d’autre.

 

En savoir plus.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thulip 17/08/2006 09:31

@ Odile : c'est vrai il y a différentes manières de réparer les blessures, et tu as raison, le tout c'est de redonner un sens à sa vie, parfois mutilée à un âge où l'on en a pas encore conscience.

Odile 16/08/2006 21:42

Bien sûr que l'envie de passer à autre chose doit être présente. Mais cela dépend des personnes. Je ne dis pas que certains se complaisent à rester dans leur statut de victime (même si la victimologie a tendance à créer ça, mais c'est un autre sujet, et je ne suis pas là pour taper sur les victimes ;-)). Mais certaines personnes éprouvent le besoin, peut-être pour rendre leur douleur plus supportable, ou pour éviter que cela arrive à d'autre, de témoigner, de transmettre leur vécu, et les réflexions associées ... Comme pour le travail de deuil, et dans certains cas, cela peut permettre de mieux passer à autre chose, de se libérer en n'essayant pas d'oublier, mais en prenant acte, en regardant les choses en face, et en tentant d'aider les autres, en donnant un sens à ce que l'on a vécu, en tirant quelque chose de positif malgré tout ...Cela me fait penser à ces parents qui ont perdu un enfant, victime d'un serial killer par exemple, et qui créent une association d'aide aux parents de victimes ... Je ne dis pas que c'est bien, ni que c'est mal, c'est leur choix, ou peut-être la seule façon qu'ils ont trouvée pour continuer à vivre, pour donner du sens à une vie qui semble en avoir perdu, pour se raccrocher à quelque chose, tenter de reprendre le dessus ... Je ne sais pas exactement, voire pas du tout à vrai dire, et j'espère ne jamais connaître ... mais j'imagine, j'essaie ...

Thulip 16/08/2006 19:12

@ Odile : Utiliser comme relais les victimes, c'est une stratégie tout à fait pertinente, je pense. Encore faut-il en trouver suffisamment qui ai envie d'en parler, alors que franchement, si j'étais une victime, j'aimerai autant que possible "passer à autre chose".

Odile 16/08/2006 18:31

Cette pratique de l'excision m'horrifie, mais tu as raison de dire que condamner ne suffit pas. Condamner sans expliquer, sans argumenter, sans dire autre chose que "parce que ça ne se fait pas", ça ne fait pas avancer les choses, ça peut même braquer les gens ...Je pense que pour expliquer, pour que le message puisse passer, l'intervention d'une personne elle-même excisée, ou en tout cas de la même culture, est importante. Bien souvent, le message passe mieux lorsqu'on se sent proche de son interlocuteur, lorsqu'on peut s'y identifier ...Je ne trouve pas ton article déplacé en tout cas, il a bien sa place ici, et une bonne :)

Thulip 13/08/2006 18:56

@ Fatalis : Merci de le dire,  tu as raison, il faut se battre contre ces pratiques. Cela dit, en tout cas pour ce sujet-là, punir et condamner ne suffit pas, c'est même pire si on s'en contente car les choses se font dans la clandestinité et que donc il devient difficile de pouvoir agir ensuite. Malheureusement, ou heureusement c'est à voir, il faut convaincre, expliquer patiemment. Les femmes excisées en France le sont souvent (en tout cas c'est ce que j'ai lu) lors d'un voyage dans la famille. Elles le sont souvent très jeunes, trop jeunes pour en parler, pour savoir même exprimer ce qu'on leur a fait. Une fois devenues adultes, il est difficile d'en parler. Le premier interlocuteur est souvent le médecin, mais (et je suis désolée mais c'est vrai), ce n'est pas toujours le meilleur. Expliquer et convaincre, punir, en parler autour de nous pour que le silence cesse et que les victimes réagissent, ne laissent se reproduire ce qu'elles ont subi et ne deviennent pas elles-mêmes des victimes qui reproduisent. Voilà, je ne vois pas quoi faire d'autre. Cela me paraît insuffisant, mais c'est mieux que rien non ? Apparement les chiffres sont en baisse, cela signifie que certaines femmes ont échappé à cette tradition et qu'elles ne la feront pas subir à leurs filles.