Spencer Tunick

Publié le par Thulip

Spencer Tunick est né en 1967 aux Etats-Unis. Cet artiste est connu pour ses photos de nus, que j’apprécie tout particulièrement pour le regard décalé sur le monde, la condition humaine, et sur la société que son objectif nous offre.






Il a photographié dimanche dernier des centaines de bénévoles nus à Düsseldorf, certains de ses modèles ont été photographiés devant une toile de Rubens.





J’imagine que vous avez déjà croisé certaines de ces œuvres, mais j’avais envie de vous en parler car sa démarche, qui peut paraître jouer de la provocation gratuite ou du voyeurisme, me semble tout à fait pertinente. Par ailleurs, le voyeurisme en art, ce n'est pas considéré comme une perversion, non ?  ;-)




Je ne puis m’empêcher de voir dans ces images, des images déjà connues et revisitées qui font partie de notre culture en histoire de l’art (et de l’histoire du nu dans l’art), mais également de notre culture historique, certains clichés étant parfois morbides et nous rappelant des camps de la mort, voire des charniers. Si vous êtes intéressés pour une éventuelle participation, c'est ici que cela se passe. Personnellement, je vous avoue être trop pudique pour le faire. J'oubliais : les participants sont tous des bénévoles, rétribués par la remise de la photographie à laquelle ils ont posé, signée par l'artiste. Avis aux amateurs !

Spencer Tunick Finland 2 (Helsinki Art Museum) 2002.

En savoir un peu plus.

Et encore un peu plus.

Encore ?

Spencer Tunick à la Biennale de Lyon en 2005.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thulip 09/08/2006 12:11

@ Sycophante : Attends-moi, je viens avec toi !

Sycophante 09/08/2006 11:47

C'est intéressant, tout ce malaise ressenti : cela prouve qu'on a été marqués (voir traumatisés) par les images du XX ième siècle... C'est paradoxal de se dire que tout cet "amas de vie" nous renvoie à un concept de mort... Bon je vous laisse, je vais voir mon psy ! :)

Thulip 08/08/2006 21:10

@ Pomme : Oui, je suis d'accord avec toi, le rendu n'est pas forcément esthétique, aussi je te comprends quand tu dis ne pas être très convaincue. Mais en fait, c'est également ce qui rend sa démarche intéressante à mes yeux : l'effet de masse, de boucherie, ce qui me faisait dire que parfois ses clichés me faisaient penser à des charniers. Je n'ai pas un goût excessif pour le morbide, mais ces corps en amas rend sa démarche intéressante, en tant que propos sur le corps (et sa séduction), les corps (et leur nombre qui les rend moins attrayants), l'art et notre culture visuelle : on connaît autant les images de nus des peintres que les photographies de l'actualité ou l'histoire nous montrant des charniers. L'ambiguité sur laquelle il joue me semble tout à fait intéressante.

pomme 08/08/2006 20:31

Ben moi je suis pas du tout convaincue, j'avoue... la démarche artistique qui consiste à faire poser des gens nus ne me pose pas de problème, je trouve ça plutôt bien même, juste assez subversif à mon goût  ; en revanche le résultat me rappelle un peu trop un étalage de boucherie, ça doit être l'effet de masse.... c'est pas très joli en fait, alors qu'un simple corps nu est souvent sublime.Par contre, d'accord avec vous sur le fait que jamais je n'oserai poser !

Thulip 08/08/2006 14:14

@ Odile : tout pareil que toi Odile, le concept me plaît, les réalisations aussi, mais je ne me vois pas m'y coller. En plus , je suis très frileuse ! N'empêche, ça doit être bizarre de se retrouver à poil au milieu de tous ces gens...