L'open space au travail : une ouverture ?

Publié le par Thulip

Ce qui est bien dans ce système d’agencement des bureaux sur un lieu de travail, c’est que la communication est directe et sans filets. Le dialogue devient donc a priori plus sain, les relations interpersonnelles se nouent plus vite, plus facilement, personne ne se sent isolé et seul dans son coin.

Ce qui n’est pas bien, vous l’aurez à présent deviné, c’est que la communication directe et sans filets ne protège pas des bavures ou des paroles dites sans avoir eu le temps de bouillonner 7 fois dans la bouche. Les relations interpersonnelles peuvent vite devenir conflictuelles et personne ne peut s’isoler lorsqu’il a besoin de calme pour réfléchir sur son travail en cours. Par ailleurs, qui n’a pas reçu un appel de maman au bureau lève le doigt. Là ça devient carrément de la haute voltige : On ne peut pas dire « Euh, maman on en parle plus tard là… Non, mais là… Je peux pas te parler !!! »

Et là vous avez vexé celle qui vous a porté pendant 9 mois, changé vos couches, etc… et vos collègues sont certains que vous avez des choses à cacher, en particulier au travail. Tous les trésors de diplomatie dont vous avez fait preuve durant les derniers mois risquent d’être vains, le climat de suspicion à votre encontre peut même prendre quelques degrés.

Car dans un open space, on fait vite copain-copain, on laisse échapper des petites infos sur sa vie privée qu’on a soigneusement sélectionnées, c'est un travail de longue haleine.

Et en une seconde et demi : patatra !!!

 

Maintenant prenez un moment pour observer l’agencement des lieux dans le détail :

Lorsque vous arrivez dans un open space et que vous voulez savoir qui est important, qui ne l’est pas, qui dispatche les infos, qui est en odeur de sainteté et qui ne l’est pas, observez les bureaux :

Le bureau du stagiaire est en général entre deux courants d’air. Les étagères derrière sont celles pour l’archivage, pas pour son travail. Il a dans le meilleur des cas un ordinateur, le plus vieux et le plus pourri. Mais il aura beau tourner son écran dans tous les sens, impossible de créer une barrière symbolique entre lui et les personnes qui passent et peuvent à tout moment regarder ce que le stagiaire fait. Est-il utile de préciser que machine à café, fax et imprimante ne sont pas loin ?

Le bureau de la secrétaire- standardiste qui accueille les gens est forcément placé en direction de l’entrée. Elle voit mais on ne la voit pas. Son bureau est néanmoins facile d’accès pour que chacun puisse y poser son dossier sur la pile. Selon son statut vis-à-vis de Duboss n°1, elle choisit de râler ouvertement devant tout le monde, de se plaindre d’employé bis n°35 qui fait mal son boulot, ne donne pas ses notes de frais et n’est jamais pour répondre au téléphone ou pas. Si Duboss n°1 ne moufte pas, c’est gagné. S’il moufte, secrétaire-standardiste qui accueille les gens devra faire profil bas et personne n’ira la voir derrière son écran pour savoir ce qu’il ne va pas. Et surtout pas Duboss n°1.

Le bureau des employés secondaires hiérarchiquement leur permet de fermer de la vue des autres un côté mais pas les 4 autres. Ainsi Duboss selon ses intentions, choisit le côté pile lorsqu’il a un service à demander, et les trois autres côtés faces lorsqu’il opère un contrôle ou un serrement de boulons.

Le bureau de Duboss n°1 n’a qu’un seul côté d’accessible. Un escalier et/ou un mur barre au moins deux côtés, quant au troisième, il est ouvert visuellement mais de loin : un meuble bas de rangement, une seconde table pour y étaler des dossiers, fait obstacle physiquement le passage, mais les apparences sont sauves : tout le monde travaille bien dans les mêmes conditions.  Reste le 4ème côté : face au bureau de Duboss, s’il n’a pas envie de vous regarder pendant que vous lui parlez, il reste le nez collé dans l’écran. Vous ne pouvez pas vous déplacer autour pour capter son regard. Encore moins savoir ce qu’il se passe sur l’écran car les piles de dossier masquent le reste. Vous avez une impression de déjà vu, comme à la CAF ou au Trésor Public devant un guichet bien trop haut, entièrement vitré mais totalement hermétique. Qui plus est, il y a deux imprimantes dans l’open space : l’une chez la secrétaire – standardiste et l’autre en face du bureau de Duboss n°1 : cela permet de vérifier que l’encre et le papier sont utilisés pour le travail et pas pour les papiers perso. Cela permet de vérifier que chacun utilise bien du papier brouillon lorsqu’il n’imprime pas des documents officiels. Ce genre de contrôle est simple à opérer (la secrétaire râle sur le prix des factures et Duboss peut resserrer les boulons sur un truc plus simple plutôt que sur les compétences professionnelles, et ça permet d’asseoir, dans les deux cas, son autorité).

 

Le bureau de Duboss n°2 n’a pas trois côtés de fermés mais deux. Et Duboss n°2 s’y sent mal à l’aise. Il a donc pris l’habitude de prendre son ordinateur portable et d’aller bosser dans la salle de réunion plus loin. D’ailleurs tous ses dossiers y ont élu domicile. Ca tombe bien car cette salle sert aussi de salle de pause, il n’est donc pas tout à fait isolé, et s’il le veut, il peut revenir à son bureau officiel. C’est ce qu’on appelle du recul stratégique, à moins que ce ne soit recul dramatique car en fait au départ, il y avait deux Duboss n°1.

 

En conclusion, l’open space c’est bien pour la communication interne, mais uniquement en flux descendant, lorsque Duboss crie à travers l’espace : Duchmoll, t’as fait ce que je t’ai demandé ?! Si tout va bien vous répondez sur le même ton : Oui !!!! S’il y a un os, vous courrez à son guichet pour lui expliquer l’affaire sans l’ébruiter (perdu d’avance).

 

Et voilà, croyez-moi ou non, mais … Je me suis beaucoup amusée durant ce stage (Comme vous l'aurez deviné : mon stage est fini !!!) ! L’ambiance était pourrie comme vous pouvez l’imaginer. Il faudra que je vous parle du graphiste indépendant qui bosse chez lui un de ces jours.

Toute ressemblance avec des faits……..

 

Et vous, vous avez goûté à l’open space ? Que préférez-vous ? La configuration des lieux vous semble t-elle avoir une incidence sur le travail, vous semble t-elle être stratégique ?

Source image1

Source image 2

Pour la petite histoire, vous avez une idée sur l'origine de l'open space ? Moi j'ai ma théorie,  les plans panoptiques des prisons :


Légende : Hippolyte Le Bas, Prison de la Petite Roquette, vue à vol d'oiseau. 1830. Musée d'Orsay.

 

Rassurez-vous il n'y a pas qu'au travail que l'on rencontre ce type d'organisation spatiale, il y a (pour les constructions récentes) l'école aussi !

 

Publié dans Les mouches de Thulip

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thulip 21/07/2006 17:28

La détention de l'information peut se révéler être un atout non négligeable, Isma (la gastro du chef....) ;)

Isma 21/07/2006 16:19

moi j'ai un bureau rien qu'à moi, la culture de l'open space n'est pas encore arrivée jusqu'à ma boite.. mais à un moment, à la faveur des changements de direction,je me suis retrouvée dans le couloir, coincée entre l'ascenseur et le balcon, les chiottes à ma gauche, la photocopieuse à droite... l'enfer absolu... sauf que je savais tout ce qui se passait ;-)))

Thulip 21/07/2006 09:20

@Fred : tu fais partie des chanceux qui bossent dans une ambiance saine ! Vous avez mis les vrais cons au placard en closed space? :p

Style Ancien 21/07/2006 01:10

Pour ma part, il se trouve que je bosse depuis 4 ans déjà en Open Space et j'ai déjà eu 7 ou 8 places différentes selon mes changements de poste ou les déménagements. Et bien, je peux te dire qu'il n'existe pas vraiment de logique chez nous pour les places. Exemple: je n'ai jamais été aussi haut hiérarchiquement et mes collègues appellent ma place: "la place du con", car TOUT LE MONDE peut voir mon écran de PC.
Pour ma part, l'ambiance est très bonne sur le plateau et même parfois un peu trop, c'est vrai qu'il est parfois difficile de travailler quand c'est le b...