Le Lac Rose

Publié le par Thulip

J’avais envie de mettre en ligne ces photos. C’est mon ours qui les a prises, au Lac Retba pas très loin de Dakar, plus connu sous le nom de Lac Rose.


J’avais en effet des scrupules à prendre, mais il faut reconnaître que Petit Ours Brun les a bien prises. Moi, tout me dérangeait :

On est arrivés comme des fondus en quad (ça roulait bien sur cette piste) et notre guide nous a lâché avec un conférencier du coin pour les explications. Pendant ce temps, les flash de mes coreligionnaires touristes crépitaient sur les travailleurs et travailleuses affairés et chargés. Le gars nous a expliqué que c’était les plus pauvres parmi les plus pauvres qui récoltaient le sel ici, que le travail est dur (les hommes passent des heures dans cette eau aussi salée que la Mer Morte et les femmes doivent transporter jusqu’à une tonne de sel dans la journée pour gagner leur journée). Bien sûr ce sont des journaliers, pas question d’être malade, les congés payés on ne connaît pas là-bas. Et quand ils sont vieux, que deviennent-ils ces travailleurs en provenance de toute l’Afrique ? J’ai pas osé demander.. Mais depuis je me suis renseignée sur le net. C’est pas réjouissant, pour ce que l’on en sait.

On lui a demandé où allait tout ce sel : « Partout en Afrique pour l’alimentation et en Europe, pour saler les routes… ».

Ca se passe de commentaires. Je ne verrais plus jamais la DDE de la même manière.

Moi ce qui me dérangeait, c’était que ces gens sont photographiés à longueur de journée et qu’ils n’en retirent pas un kopeck. Ici les fleurs de sel éclosaient en masse. Ca pourrait être un excellent débouché, ben non, la classe, le must pour nous, c’est le sel de Guérande, pas de Setba.

Je ne regrette pas mon voyage, mais c’est dur d’être une touriste solidaire. Je participais contre mon gré à tout ce qui me fait hurler.  On avait déjà fait des cagnottes qu’on avait donné au responsable local du coin, mais là on n’était pas préparés, je le regrette beaucoup.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dom 08/07/2006 13:28

Le lac Retba est un des lieux les plus connus du Sénégal, merci au PARIS DAKAR (là, c'est ironique).J'ai vécu au Sénégal et en Afrique plus de 10 ans, c'est vrai que la misère y est présente partout, c'est vrai aussi que les touristes qui débarquent, s'appitoient et oublient sitôt rentrés... bof bof.Je parle même pas du tourisme à caractère sexuel et ces femmes blanches qui viennent et s'imaginent que le beau black qui leur fait des faveurs, le fait pour leur beaux yeux et leur cellulite.je te conseille ce lien, que perso, je trouve génial :http://www.senegalaisement.com/senegal/consconnes_senegal.phpà lire ABSOLUMENT !!à bientôt

Thulip 09/07/2006 09:16

@Dom, j'ai lu, j'ai souri, mais en fait, c'est pas juste drôle, c'est vrai (sans en avoir fait l'expérience j'aurai hurlé de rire, mais là chacune des attitudes de la "grosse conne européenne" ou du "gros con européen" sont simplement vraies). Je n'ai pas encore cherché, mais y'a rien sur le toubab? Je ne vais pas me faire mon guide du routard en disant oui y'a des arnaqueurs, oui, ça c'est pas le vrai Sénégal etc... Moi ce que j'ai vu c'est des complexes touristiques qui poussaient partout comme des champignons, sans respect pour l'environnement, avec des clim's individuelles, du gâchis et du mépris pour les ressources du pays. On a importé les habitudes de vie des touristes et on les parquent dans une enceinte, on y "importe" quelques locaux, si possible jeunes et beaux et on dit que c'est ça le Sénégal (avec des djembé et des ateliers de tresse africaines). J'ai passé une nuit, une seule là-dedans (c'était même la première de mon existencedans ce type d'endroit, étant opposée à ce système) et, je n'ai pas compris... Il paraît que c'est fait pour se reposer (le neurone?). Je trouve ça juste insultant et dangereux. En plus il y a un effet contaminant : j'ai rencontré des touristes que cela ne choquaient pas "ben c'est pareil au Maroc, c'est comme ça dans ces pays-là". En fait, le Club Med devient normatif et prescripteur de certains comportements, et ça c'est dangereux. Mais sans doute suis-je une idéaliste un peu dépassée, qui pense que le voyage est avant tout une aventure humaine à la rencontre des autres. J'en profite ici pour dire un immense merci à toutes les personnes que j'ai rencontrées et qui m'ont permis de les connaître, sans a priori pour ma couleur et mon statut de grosse conne européenne, en espèrant qu'un jour je pourrai leur rendre la pareille.